Accéder au contenu principal

Couleurs de tulipes



C'est le bouquet...
L'inauguration en grande pompe du bouquet de tulipes désormais le plus fameux de l'univers, le 4 octobre dernier, n'a pas fait taire la polémique. Cette oeuvre, offerte à la France par Jeff Koons, le plus médiatique, le plus cher et le plus célèbre des artistes contemporains vivants, a été présentée comme un hommage aux victimes des attentats de Paris en 2015 et 2016. Onze tulipes pour douze victimes.. mais il est vrai que le bouquet est une reprise d'une oeuvre identique déjà réalisée pour le musée Guggenheim de Bilbao...
Aucune unanimité sur l'intérêt de la chose, sa dimension esthétique, son emplacement, son utilité, sa signification, les conditions du contrat, son coût exact mais déjà exorbitant, l'apport culturel à la ville des lumières. Le débat est loin d'être clos...


Halloween tous les jours...
En revanche, ces 11 tulipes brandies au bout d'un bras hyper réaliste couleur chair sortant de terre tel celui d'un nouveau Lazare, bras moulé sur le bras de l'artiste lui-même, arborent de bien pauvres couleurs primaires, tranchées et assez scolaires. Bleu ciel, bleu gitane, rose, rouge, jaune, orange, vert, blanc, les huit teintes sommaires sont du genre enfantin, malgré une intégration de poudre de perle blanche sensée en adoucir la surface. 
Malgré cette volonté de diversité, le violet est oublié dans cet ensemble assez peu harmonieux. Résultat des courses, le bouquet est intrigant, plutôt joyeux et iconoclaste avec les façades du Petit-Palais. Il aurait tout aussi bien pu être le chien iconique de Koons ou un homard géant ou un Mickey. Peu importe. On ne peut s'empêcher de sourire en le découvrant, bien caché dans une couronne de hauts marronniers qui en bouchent heureusement une grande partie de son impact visuel. Une oeuvre à l'odeur de scandale dans le monde de lait et qui fait déjà beaucoup parler d'elle, puisque le créateur l'a amplement destinée au partage photographique et aux commentaires sur les réseaux sociaux, en vue d'une communication à grande échelle alimentant la popularité internationale et universelle du maître...
Paris y gagne en fin de compte une oeuvre d'art parfaite pour agrémenter le vaste parking des bus et autocars, le long du Cour de la Reine, à deux pas de la patrimoniale place de la Concorde...


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Couleurs de la modernité

A3DC signe pour Saint-Gobain la conception de la nouvelle gamme des couleurs d’enduits de façades Weber, afin de devancer les tendances de l’architecture contemporaine. De nouveaux neutres qualitatifs : un blanc froid, très pur, des gris colorés, des noirs, des bruns chaleureux, des teintes saturées et profondes assument leur force et leur densité. Toutes expriment la modernité d’une architecture sûre de son pouvoir et de la qualité de sa nouvelle expression. 
La collection Eclat minéral est à la une de « Matière à Conception », le magazine de Weber à destination des architectes, aménageurs et concepteurs… pour tout savoir sur les couleurs de la modernité. Elle est également à la une du BatiMedia des Prescripteurs, signe de son impact et de son adéquation aux besoins de l'architecture d'aujourd'hui.
A3DC signe, de la même façon, une gamme entièrement repensée de 96 couleurs pour l'architecture traditionnelle, prenant en compte la régionalisation des couleurs locales et p…

Couleurs du mois, mois de joints...

Nouvellement mis en lumière au moment du Mondial du Bâtiment à Villepinte, l’A3DC signe pour VPI-Vicat la refonte complète du nuancier de couleurs de joints hydrauliques pour les revêtements de murs et de sols.  La nouvelle collection présente 22 teintes, panachant les grands classiques des matériaux du carrelage traditionnel et les tons contemporains tendance de la décoration intérieure.  Joints en contraste, joints ton-sur-ton, paillettes et incrustations métalliques ou nacrées, en versions or ou argent dans la collection Platinium, les revêtements sols et murs se créent ainsi des liens beaux et durables. Et particulièrement en phase avec la dimension décorative de l'aménagement intérieur...




Le site internet de VPI propose également, afin d'aider et de faciliter le choix des aménageurs, un système de visualisation du rendu définitif, selon les choix de carrelages et de couleurs de joints qu'aura faits l'acheteur, grâce à des visualisations en termes de contrastes et d&#…

Le bleu, l'architecture et l'Alsace

Trente ans après le concept de Géographie de la couleur© de Jean-Philippe Lenclos qui établissait le constat des couleurs dans l'architecture traditionnelle des provinces françaises, il est intéressant de prendre en compte les dérives constatées aujourd'hui en matière de coloration des façades. Autrefois, douces et subtiles, liées à la qualité des matériaux locaux, des pigments naturels, des sulfates de fer, du bleu de méthylène, du bleu de cobalt... voire du bleu de lessive, les façades des maisons alsaciennes présentaient des colorations fugaces, douces, patinées car estompables avec le temps. Les façades sont aujourd'hui toujours plus colorées, tant en ville que dans les villages, principalement à cause des nouvelles solutions techniques apportées par les produits industrielles, peintures et enduits. Le phénomène est intéressant car il est général et l'œil avisé saura reconnaître partout cette volonté de toujours plus de couleur, au détriment du charme, de la patine…