Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du juillet, 2009

Architecture et palette de couleurs

En quittant Avignon cet été pour le traditionnel déballage des antiquaires de l'Isle-sur-la-Sorgue, sur le bord du traditionnel boulevard périphérique sans âme, soudain une belle surprise : AgroParc et la façade du siège du Grand-Avignon. Un bâtiment blanc sur trois niveaux, dessiné comme une étagère dont les lignes parfaites mettent en valeur les pare-soleil de verre coloré, comme des livres dans une petite bibliothèque. Avec des couleurs acidulées de bonbons au fruit, le rythme de la façade est créé au hasard des positions des lames de verre et de leur inclinaison. L’hôtel communautaire du Grand-Avignon est l’oeuvre des architectes Jacques Frandin et Jean-Michel Weck. Il a été construit entre 2005 et 2007. Sa perception évolue donc au gré de la journée, en fonction de la course du soleil... et des moyens pour s'en protéger. Un beau travail sur la couleur-matière qui nous emmène directement à...

Un aéroport haut en couleurs (2)

Un travail passionnant sur la couleur-lumière, vu à l'aéroport de Francfort où le long tunnel impersonnel du couloir d'embarquement est traité entièrement en métal brillant, et les sols en céramique irisée, permettant de refléter parfaitement l'information colorée qui leur est transmise. Le long tube de ce transit est ainsi réchauffé uniquement par deux rampes parallèles de lampes colorées, recréant comme l'irisation de la perle grise aux mille reflets... La solution est simple, mais chaleureuse, confortable, rassurante et joyeuse. Comme toute la couleur immatérielle, impalpable, le charme agit en douceur.

Enseignes commerciales et murs publicitaires

L'âge d'or de la réclame a offert aux pignons des maisons françaises des trésors d'animations colorielles et graphiques aujourd'hui patinées par le temps, et demain en péril. Pour peu qu'ils aient été bien exposés à la vue des conducteurs, le long des axes routiers les plus passants, les murs de nos campagnes et de nos villes ont porté l'identité et les slogans des marques joyeuses d'un âge d'or disparu... quand Nationale 7 ou col du Lautaret rimait avec bébé Cadum et Dubonnet... Les enseignes commerciales ne sont pas en reste et fleurent bon leur côté rétro. Mais ces traces d'une époque révolue, pour combien de temps encore les verrons-nous ? Le temps efface aussi cette mémoire collective populaire.
De haut en bas, murs-pignons publicitaires et enseignes commerciales peintes dénichés à Paris, Louvres, Perpignan, O'Cedar, Le Perray-en-Yvelines, Mézilles, Roussillon, Lourmarin, Marseille, Brantes, Saulieu...
D'autres suivront, la collection est…

Le bleu en architecture

Traditionnellement réservé à l'habitat côtier et à l'architecture des bords de mer, le bleu avec lequel on peint les portes, les fenêtres et les volets des maisons a longtemps été le fond de pot du bleu des chalutiers et des bateaux de pêche. Le lien est patent entre la couleur des maisons et celle des embarcations, d'autant plus lorsque le propriétaire terrien est aussi marin-pêcheur.



Le bleu des volets a progressivement migré en façade. L'adorable école du Guilvinec et sa façade bleue rappellent la vocation première du lieu. Le bâtiment qui accueillait jadis l'ancien presbytère porte aujourd'hui en façade le bleu du manteau de la Vierge, comme un nouvel hommage païen. Seule la croix chrétienne, en décoration faîtière de la lucarne, rappelle l'origine culturelle du lieu. Toutes ces maisons sont traditionnellement appelées "maisons bleues", que la couleur concerne leurs façades ou seulement leurs volets... D'où la multitude de chambres d'hô…

Coup de gueule (1) ...

Allons, bon ! Qu'on peinturlure un château en Écosse (voir ici), passe encore si cela amuse son aristocratique propriétaire, ses amis graffers et que cela égaie un peu la noirceur du granit et la massivité de la forteresse du Moyen-Âge, bon. Mais la même démarche, pour des raisons similaires d'environnement assez gris minéral à cause des matériaux de construction eux-mêmes, voilà qui laisse songeur... Un bariolage cacophonique de couleurs sur les volets et les portes dans un paysage parfaitement harmonieux de schistes, d'ardoises ou de lauzes, voilà qui rend en fin de compte, malgré l'effet recherché, plus triste que joyeux, non ? Que ce soit appliqué sur des volets à Quiberon ou sur une vieille ferme de l'Aveyron...

Marre du gris au château de Kelburn...

Le new look du château de Kelburn en Écosse, avec ses façades peintes façon graffiti...

Quand le temps est gris, qu'il pleut suffisamment pour faire des jardins d'Écosse parmi les plus beaux jardins du monde, quand le granit est gris et sa demeure aussi triste qu'une pierre tombale, la rencontre entre un monument du passé et une forme d'art de l'époque peut sembler une bonne idée. Ainsi le château écossais de Kelburn du XIIIe siècle, repeint par des artistes graffers brésiliens de Sao Paulo, a-t'il repris quelques couleurs. On peut rester assez dubitatif sur le résultat mais le délire du propriétaire et des taggers est clairement affiché en façade, sciemment assumé. Un mur d'expression de l'art de la rue d'un nouveau type... so chic !

Tir de pruneaux contre une façade

Il y a un an que la presse régionale s'est emparée du sujet et ne parle que de ça et les télévisions nationales n'ont pas été en reste. Tout ce battage médiatique pour la couleur d'une maison !

Un quartier d'Agen, l'Ermitage, est situé de l'autre côté du canal latéral de la Garonne, sur les coteaux. Un quartier qui possède quelques belles demeures, très prisé par les agenais.
Parmi celles-ci, une maison de type basque, appartenant à un couple d'artistes, Pascal Galois et Jean-Jacques Bauweraerts.

Jusqu'à l'été 2008, la bâtisse était blanche et rouge, dans une coloration basquaise convenue, bien que son inspiration soit clairement anglo-normande. Elle formait une silhouette massive d'un blanc éclatant. Les deux artistes eurent l'idée de la peindre en noir. Cette décision relève pour eux d'une vraie démarche artistique et esthétique, le monochrome étant choisi en hommage à l'artiste Pierre Soulages à qui ils rendent hommage.

La municipalit…

Le jaune en architecture

Le jaune est une couleur d'enduit qui semble transversale en France, dans l'architecture traditionnelle. Du nord au sud, et selon la qualité des pigments colorés utilisés dans le passé, les jaunes sont plus ou moins accentués, plus ou moins soutenus. L'ocre, plus ou moins brûlée, a de tous temps concernée aussi bien les Ardennes que la Provence ou la Bourgogne, importantes régions d'extraction et d'anciennes productions.

(Ci-dessus, façades sur une longère normande de l'Eure, une façade aristocratique de Nice, la ferme de Lusse en Lorraine, et la palette des jaunes rencontrés en Alsace, à Kaysersberg)

Les bleus du sud

(Ci-dessus, façades de maisons de ville, à Vallauris et Mouans-Sartoux, à rapprocher de l'église baroque Saint-François-de-Paule à Nice et d'une façade restaurée avec goût à Vaison-la-Romaine. L'architecture régionale connaît une évolution de la coloration de ses façades qui indique bien un grand brassage culturel et géographique des influences.)


Des façades bien différentes dans leur fonction et leur représentation, des géographies diverses, de la Provence du Comtat à la Côte d'Azur mais une similitude de coloration et de traitement des contrastes bleu/blanc dans leur verticalité qui les rapprochent...
Ou l'art et la manière de sacraliser et de théâtraliser sa maison !

Quand le rose monte en façade...

Une belle trace du passé de l'ocre dans l'Yonne, avec cette façade de petite maison découverte à Vaux, petit village au sud d'Auxerre, au bord de la rivière... et de la Nationale 7, direction le sud. Une coloration surprenante qui pourrait également avoir été obtenue après macération de l'enduit avec les moûts de la vigne, rappelle les façades de la Provence et les envies de lumière, de couleur et de chaleur qui partout s'y manifestent...

(Ci-dessous, façades à Cazouls-les-Béziers et à Mèze, dans l'Hérault)


Un aéroport haut en couleurs (1)

Surprise à l'aéroport Barajas de Madrid, à l'occasion d'un changement d'avion et d'une connection vers les îles... Sir Richard Rogers a joué de la couleur pour établir un clair repérage des différents terminaux, orienter le voyageur et alléger l'ambiance, en rendant le voyage en avion plus serein encore. La couleur est utilisée comme une signalétique immédiate et le résultat est un rêve de coloristes !

Apple Touchlite Metallics series

Compatible avec l'Ipod Touch Génération 2, la série Metallics de Touchlite d'Apple est proposée dans un bel habillage métallique, avec un jeu de coques interchangeables de 5 couleurs éclatantes : rouge, bleu royal, or sombre, titane/argent noir et bordeaux. Les coques sont en plastique anodisé, avec un revêtement en finition métallisée. De superbes objets bien dans la tendance du métal coloré, exprimant parfaitement la pureté du design, la sobriété des lignes, la facilité d'utilisation et la légèreté du moment. Le tout n'excluant pas un ressenti de profondeur et de réflexion...

Quand Paris prend des couleurs...

Tout doucement et presque l'air de rien, la palette des couleurs de Paris évolue. Historiquement cantonnée aux registres de la pierre de taille et des toitures de zinc, l'architecture hausmannienne a toujours présenté une sobre palette de blancs colorés et de gris patinés, liée aux matériaux de construction. L'harmonie et la cohérence de Paris est aujourd'hui manifeste. Et pourtant... de subtiles touches de couleurs arrivent, sans aucun doute avec la bénédiction des instances de la ville et de l'architecture. Pensons donc aux emplacements prestigieux qui se colorent : rue de Rivoli, face à la colonnade du Louvre où des volets gris bleus font leur belle apparition. Rue de Rivoli toujours, face à la Tour Saint-Jacques, où d'autres volets se teintent d'un vert grisé du plus bel effet. Et le mouvement ne fait que commencer... Nous le suivrons au plus près, tant cette dérive du nuancier traditionnel est passionnante.